Autor: Vânia Beatriz

Quando: novembre/2001

Quand quelqu'un me demandait quel était mon rêve non réalisé, je répondais "faire un voyage en France", pays pour lequel je suis tombée amoureuse dès que j'ai commencé à étudier le français, une discipline obligatoire au cours technique de secrétariat au collège d'Amapa, Etat où je suis née.

 Après, à Belem, j'ai étudié pendant deux ans au centre des langues de l'Université, sous la direction de mon inoubliable professeur Cleide, une Brésilienne, qui avait un petit ami français . En classe, elle nous a fait voyager à travers la France grâce à ses histoires.

Quand j'ai déménagé à Porto Velho j'ai commencé à étudier par correspondance, une forme amusante de cours collectif avec deux amies et une prof qui habitait à Curitiba au sud du Brésil. Pour m'améliorer dans l'apprentissage de la langue française, j'ai commencé à échanger des lettres avec des Françaises et nous n'avons délaissé aucune opportunité d'essayer de parler français avec quelqu'un. Quand j'ai travaillé au Département de la Police à Macapa, j'ai demandé la permission de parler avec un Français qui y était prisonnier. Quand est arrivée l'ère de l'Internet, le monde est devenu plus acessible, les distances sont devenues plus courtes, j'ai découvert Brésil-Passion qui réunit des étrangers, surtout des Français, passionnés par le Brésil, et d'une certaine façon, la réciproque est vraie, des Brésiliens passionnés pour la France.